Feedback ■ Focus : Eliane Radigue – Day 2

Nous sommes vendredi après-midi. Je me dirige dans cette salle, dans cette pénombre meublée spécialement pour la trilogie Adnos d’Eliane Radigue. Je me pose confortablement, attendant la deuxième partie d’un triptyque d’anthologie durant près de 3h30. Le reste de lumière disparaît et le son peut s’exprimer à travers cet Acousmonium spécialement installé pour l’occasion.

Nous arrivons donc dans Adnos II, composé en 1980. Minimalistes, les variations se font infimes. Un bourdonnement agréable me porte durant cette heure, comme dépassant le bien-être du silence. Cette sonorité – le drone – dilate l’espace temps et mes rêveries se ralentissent, se calment et se calquent sur les ondes épurées de cette histoire qu’est Adnos II.

Il est difficile de s’exprimer autrement, de définir simplement cette expérience qui sort totalement des conventions de la musique de masse. Disons simplement que ce fut un moment aux sources du son, ou les transformations appliquées, si petites soient-elles, nous narrent une aventure épurée et zen.

Si j’ai un regret, c’est peut-être le fait que la spatialisation ne fut pas tant mise à l’honneur.

Djan Antico de Fréquence Banane