Projection au Spoutnik ■ Naissance des pieuvres – Day 4

Naissance des pieuvres raconte l’histoire de trois filles de 16 ans qui explorent leur sexualité. C’est un film de Céline Sciamma, qui vous plonge directement dans le monde de la nage synchronisée amateur et de tous les drames sociaux entourant ce monde, composé presque exclusivement de filles. Dès le début, les trois acteurs du triangle amoureux sont présentés; il y a une petite maigrichonne mignonne qui a l’air plus jeune qu’elle l’est, une belle trop bien développée pour son âge qui passe son temps à allumer les garçons et une moche trop pressée de perdre sa virginité. Pour faire un synopsis condensé du film : Mignonne est la meilleure amie de moche, moche aime un garçon très inaccessible, belle embrasse ledit garçon, mignonne devient amoureuse de belle, belle refuse de coucher avec le garçon, le garçon couche avec moche, mignonne le cœur brisé par belle… Vous voyez l’image un peu? Supposons que c’est l’équivalent du film « Mean Girls » mais avec plus de tensions lesbiennes.

Voici une petite citation pour vous montrer l’ambiance générale :

Mignonne : « Quand on y pense, le plafond c’est sûrement le dernier truc que voient plein de gens. Au moins 90% des gens qui meurent; tu crois pas? C’est sûr. En plus quand tu meurs, la dernière chose que tu vois elle reste imprimée dans ton œil, un peu comme une photo. T’imagines le nombre de personnes qui ont des plafonds dans les yeux? »

Belle : « Je regarderai plus jamais le plafond comme avant. »

Mais qu’est-ce qui rend ce film digne des 80 minutes qu’il vous prendra? Tout simplement la bande sonore composée par Para One. Pour ceux qui sont habitués aux rythmes house – french touch de Para One, cette bande sonore est toute autre; il explore les tréfonds de l’ambiant avec son synthétiseur et du fait, il façonne complètement l’ambiance du film. Les quelques scènes dans lesquelles Céline Sciamma a décidé d’introduire cette musique forment directement le cœur de l’intrigue romantique; toutes les autres scènes étant presque accessoires à côté.

Si vous connaissez déjà le film, je vous conseille aussi de voir « Me & You & Everyone We Know », principalement aussi pour le mariage extraordinaire entre la bande sonore et l’image. Sinon, Naissance des Pieuvres sera projeté au Spoutnik 16+ à 21 heures dimanche. Les intrigues bisexuelles de ce film seront parfaites pour débuter votre dernière soirée à l’Électron.

Nassim Rousset de Fréquence Banane